2007-2012

Insultes aux Harkis : Georges Frêche relaxé en appel.

17 septembre 2007 • Par

Georges Frêche a donc été relaxé, en appel, alors que des poursuites avaient été engagées contre lui, pour injure envers un groupe de personnes en raison de son appartenance ethnique, raciale ou religieuse, après qu’il ait insulté les Harkis lors d’une cérémonie publique en 2006. Il avait été condamné en première instance à 15 000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Montpellier. Le principe de séparation des pouvoirs veut qu’un homme politique n’ait pas à commenter une décision de justice. Puisqu’il semble que les plaignants, dans cette affaire, formeront un pourvoi en cassation, la justice dira au final, ce qu’il en est. Elle est souveraine ; dont acte. Je n’en note pas moins l’écœurement de nombreux Harkis à la suite de cette décision. La responsabilité d’un homme politique, c’est de savoir mesurer les dégâts que peuvent provoquer ses paroles dans le cœur d’hommes qui se sont dévoués pour leur patrie, et dans le coeur de leurs enfants. Qu’ils soient ou non condamnés par les tribunaux, je n’en reste pas moins convaincu que de tels propos, venant d’un élu, font honte à la République.