2007-2012

Budget et immigration : l’heure des votes.

26 octobre 2007 • Par

Mardi après midi, deux projets de loi étaient soumis au vote des députés. La première partie du projet de loi de Finances pour 2008, tout d’abord, qui concerne le volet des recettes du budget de l’Etat. J’ai voté pour ce budget, comme l’ensemble de mes collègues députés du Nouveau Centre. Nous aurions souhaité que nos propositions pour une plus grande maîtrise de la dépense publique (plafonnement des niches fiscales, réduction des exonérations de charges sociales accordées aux grandes entreprises) soient mieux entendues. Pour autant, le gouvernement s’est montré réceptif à notre préoccupation en la matière, et laisse la porte ouverte à nos propositions. Par ailleurs, ce budget exprime une volonté de faire des choix, en axant les dépenses de l’Etat sur les trois priorités que sont la justice, l’innovation et la recherche (via la progression du crédit impôt recherche et l’allègement de la fiscalité applicable aux brevets). C’est donc un budget qui, plus manifestement que ceux de ces dernières années, investit pour l’avenir, et qui mérite à ce titre d’être soutenu.

Par contre, je n’ai pas voté en faveur du projet de loi relatif à la maîtrise de l’immigration, à l’intégration et à l’asile, à propos duquel j’ai choisi de m’abstenir. La raison essentielle, est évidemment la présence dans ce texte, du dispositif de recours aux tests ADN pour prouver une filiation dans le cadre du regroupement familial. J’ai déjà exprimé sur ce blog, mon opposition au recours aux tests ADN dans ce cadre.  Cette mesure porte atteinte à la cohérence d’un texte dont j’approuve par ailleurs, dans leur ensemble, les dispositions, même si je sais bien qu’en la matière, aucune loi ne parviendra à englober toute la diversité des situations et des itinéraires de vie que connaissent les familles immigrées. Seuls quatre députés du groupe Nouveau Centre ont approuvé ce texte.