Actualités, Interventions à l'assemblée, Mon action parlementaire

Emplois d’avenir : l’outil hors de sa boîte.

13 septembre 2012 • Par

La session extraordinaire a commencé cette semaine, avec une reprise des travaux de l’Assemblée nationale qui examine depuis hier après-midi le projet de loi créant les emplois d’avenir.  Le gouvernement, qui compte proposer sur les trois années qui viennent, 150 000 de ces emplois aux jeunes peu ou pas qualifiés, présente ce texte comme un texte symbolique de sa mobilisation pour l’emploi. Dont acte. Porte-parole du groupe UDI sur ce texte, j’ai insisté, d’abord en commission des affaires sociales la semaine dernière, puis hier soir en séance, sur notre sentiment de voir surtout arriver dans la précipitation, un texte mal préparé, qui recycle la vieille formule des contrats aidés et du traitement social du chômage, utilisée par tous les gouvernements jusqu’ici. Un dispositif utile, quand le chômage est si élevé dans notre pays, avec trois millions de demandeurs d’emplois désormais. Mais un dispositif insuffisant, alors que le gouvernement alourdit les charges des entreprises, ce qui pèse sur leur compétitivité, et supprime ou menace de supprimer bon nombre d’investissements publics à fort potentiel de création d’emplois (le canal Seine Nord, dans notre région, est un exemple flagrant). De fait, le projet de loi manque notoirement d’imagination. On pouvait espérer que le gouvernement nous présente un plan d’ensemble, cohérent et clair, pour favoriser l’accès à l’emploi, qu’il nous expose, dans le détail, sa boîte à outils pour lutter contre le chômage. Pour l’instant, nous n’avons qu’un outil hors de sa boîte, isolé, et on attend le reste…  Je défendrai plusieurs amendements du groupe UDI, sur la formation, le pilotage du dispositif, la place de l’économie sociale et solidaire, des maisons de l’emploi, l’ouverture plus large des emplois d’avenir à tous les jeunes (et non seulement ceux vivant en ZUS), l’accès du dispositif au secteur marchand. C’est en fonction de l’accueil que le gouvernement réservera à ses propositions que le groupe UDI déterminera son vote.