Actualités, Interventions à l'assemblée, Mon action parlementaire

Précipitation, interrogations… abstention

13 septembre 2012 • Par

Le débat sur le projet de loi créant les emplois d’avenir s’est achevé cette nuit. C’est un sentiment de déception qui flotte dans les rangs de l’UDI après l’examen en séance. Déception devant un texte examiné avec précipitation, dont la rédaction, de ce fait, s’en ressent, avec beaucoup d’imprécisions et d’interrogations qui subsistent. Déception devant l’attitude du gouvernement, qui nous explique quela lutte contre le chômage doit être une cause nationale qui dépasse les clivages, mais qui reste incapable d’adopter, en séance, le moindre amendement de l’opposition susceptible d’améliorer le texte… ce alors même qu’il explique partager, parfois, certains objectifs expliquant ces amendements ! Déception devant un texte qui, par conséquent, demeure fermé au secteur marchand, ne précise pas la place des Maisons de l’emploi dans la mise en œuvre du dispositif, prend le risque d’exclure de son champ d’application les jeunes sans qualification qui ne vivent pas en ZUS… Bref, les incertitudes et les interrogations qui étaient les nôtres avant le débat dans l’hémicycle, restent d’actualité. Alors que notre pays compte trois millions de chômeurs, et parce que le rôle du législateur est de considérer, avant toute chose, l’intérêt général, nous ne pouvons que souhaiter que les emplois d’avenir proposés par le gouvernement, en dépit de leurs nombreuses imperfections, fonctionnent et permettent à des jeunes de trouver un premier emploi. Mais la précipitation et les interrogations ne fondent pas une politique. Raison pour laquelle les députés du groupe UDI, cette nuit, se sont abstenus sur ce texte.