Actualités, Interventions à l'assemblée, Mon action parlementaire

Politique de la ville : le changement pas encore pour maintenant…

14 octobre 2012 • Par

Jeudi 11 octobre, j’ai assisté à la grand’messe lancée par François Lamy, Ministre de la ville pour la réforme de la politique de la ville « Quartiers : engageons le changement ! ».  Cette rencontre s’est déroulée dans une ville symbole puisqu’elle a eu lieu à Roubaix, commune ayant été de toutes les expérimentations en matière de politique de la ville mais qui figure hélas toujours au palmarès des villes les plus pauvres.

Après avoir passé la matinée dans l’amphithéâtre de l’ENPJJ où a été dressé, par l’ensemble des intervenants et repris par le Ministre, le bilan des nombreux dispositifs qui se sont succédé et empilés, au fil des années, ont été mis en place des groupes de travail pour lancer la grande concertation qui devrait durer 3 mois.

A priori donc, début 2013, le Ministre devrait annoncer des mesures concrètes sur la gouvernance, la contractualisation entre l’Etat et les collectivités, un zonage resserré de la géographie prioritaire.  Enfin, oserai-je dire ! Depuis le temps qu’on en parle !

Fallait-il une énième concertation qui reporte toute décision à plusieurs mois alors que les rapports André-Hamel de 2009, Goulard-Pupponi publié en 2010 offraient déjà une belle analyse et appréciation de la politique de la ville, de ses nombreux dispositifs et  des périmètres multiples complexifiant la mise en œuvre de mesures efficaces ? Ces rapports ont tous été salués à l’époque. Ils viennent même d’être complétés voire confortés par celui de la Cour des comptes qui revient sur la décennie des réformes en matière de politique de la ville. Tous les ministres de la politique de la ville qui se sont succédés ces dernières années depuis Jean-Louis Borloo fondateur de l’ANRU et du Plan de Cohésion Sociale ont fait part de leur volonté de s’attaquer aux banlieues et de réformer sans jamais y parvenir. Ils se sont tous heurtés au manque de volonté au sommet de l’Etat, avouons-le. Je crains si j’en crois l’absence du Premier Ministre à Roubaix préférant le train fantôme de Lille Fantastic que la volonté du gouvernement pour changer la vie des quartiers n’est pas encore inscrite dans les priorités !