Actualités, Interventions à l'assemblée, Mon action parlementaire

Le Traité de l’Elysée a 50 ans : des raisons d’être fiers

24 janvier 2013 • Par

J’ai participé aujourd’hui, à Berlin, aux cérémonies célébrant le 50ème anniversaire du Traité de l’Elysée, qui a scellé la longue marche de la réconciliation franco-allemande. Un traité d’amitié, conclu entre deux nations qui étaient jadis ennemies héréditaires et qui ont su, au-delà des haines et des rancoeurs, construire un partenariat stable, véritable moteur de la construction européenne. De la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier chère à Schuman et Monnet à l’Union européenne d’aujourd’hui, qui a su résisté aux attaques contre l’Euro, en passant par l’élection du Parlement européen au suffrage universel, Airbus, Ariane, les raisons d’être fiers ne manquent pas… Le Traité de l’Elysée n’est pas à l’origine de toutes ces initiatives, mais il a symbolisé, et il incarne
toujours, la force du duo que forment la France et l’Allemagne réunies pour que l’Europe réponde aux enjeux de son temps. Les raisons d’être fiers de l’amitié
franco-allemande et de la dynamique européenne qu’elle a permise, existent pour le passé. Elles doivent aussi exister pour l’avenir ! Il est temps de renouer en effet avec l’Europe qui innove et avance. Les défis posés à l’Europe sont nombreux : union bancaire, union économique, budgétaire et politique, compétitivité pour faire face à la concurrence mondiale, recherche et innovation technologique, place de l’industrie dans l’économie, place de l’Europe en Afrique… Les impulsions fondamentales ne peuvent venir que de la France et de l’Allemagne. Des divergences de vue, d’approche, peuvent bien sûr exister. Mais c’est aussi parce qu’elles ont montré, par le passé, leur capacité à surmonter leurs divergences, que la France et l’Allemagne sont deux grandes nations qui donnent son rythme à la construction européenne. L’amitié franco-allemande peut et doit, sur les sujets difficiles d’aujourd’hui, faire naître de nouveaux projets dont nous pourrons, à l’avenir, être fiers. C’est l’espoir qu’Européens convaincus, nous plaçons, de part et d’autre du Rhin, en nos dirigeants respectifs, pour maîtriser notre avenir. Souhaitons qu’ils soient à la hauteur de nos attentes !