Actualités, Mon action parlementaire, Sur le terrain

Roubaix réceptacle de la misère humaine

11 septembre 2013 • Par

La métropole lilloise a toujours souffert d’un équilibre particulier entre ses différents versants. Souvent dénoncé par les maires de Roubaix et de Tourcoing, avant qu’ils ne soient sous le joug du maire de Lille, cet « équilibre » avait pour particularité de concentrer les difficultés sociales sur le versant Nord Est de la métropole pendant que l’autre versant concentrait les parcs d’activités et les moyens de développement.

Je pensais cette époque révolue grâce au « Grand Lille »  et  grâce à la volonté de supprimer l’esprit de clocher.  Pourtant à y regarder de plus près, si la polémique s’est éteinte sur l’autel des sénatoriales ou des vice-présidences communautaires, je m’aperçois que l’équilibre reste précaire…surtout du côté de Roubaix où se concentrent difficultés sociales, chômage, délinquance, et autres « cadeaux » communautaires. Les espaces naturels sont du coté des Weppes ou du Sud de Lille, la plupart des nouveaux des parcs d’entreprises sont aux alentours de Lille, les équipements sportifs ou culturels, aussi.

Roubaix mérite mieux. Par son histoire du textile qui a fait la richesse économique du secteur, par son esprit d’innovation qui a créé les allocations familiales, les centres sociaux, le logement social, par ses grands hommes qui l’ont dirigée : Jean Lebas, Victor Provo, André Diligent et bien d’autres, par sa renommée grâce à Paris Roubaix, cette ville mérite mieux qu’être le réceptacle de la grande misère sociale.

A l’heure où nous assistons, après l’évacuation du camp de Lille sud, à l’affligeant spectacle supplémentaire de concentration de Roms sur l’agglomération roubaisienne, je m’insurge contre  l’irresponsabilité des dirigeants de Lille Métropole Communauté Urbaine, qui  ne défendent pas une métropole Lilloise équilibrée  mais poursuivent la funeste trajectoire de métropole à 2 vitesses.