Actualités, Interventions à l'assemblée, Mon action parlementaire

Pacte de responsabilité : plus dure est la réalité

15 juillet 2014 • Par

La situation de notre pays s’est tellement dégradée sur le plan économique et sociale ces deux dernières années, que le groupe UDI était prêt à prendre ses responsabilités si le gouvernement était enfin disposé à prendre les mesures, en particulier fiscales, qui s’imposent pour redonner à nos entreprises des marges de compétitivité et aux ménages du pouvoir d’achat. Au lieu de cela, le projet de loi de finances rectificative et le projet de loi de financement de la sécurité sociale, examinés ces dernières semaines et qui devaient traduire concrètement les mesures du pacte de responsabilité, ne font que confirmer les orientations des deux dernières années : plus d’impôts pour les ménages et les entreprises. Le gouvernement a réussi en effet un tour de passe-passe du meilleur effet : faire voter en juin 2014 des baisses de cotisations salariales et patronales applicables… au 1er janvier 2015 ! Quand on se souvient que le Président de la République avait annoncé, le 31 décembre 2013,  la nécessité de baisser le coût du travail. Il n’avait pas précisé que cela ne prendrait effet qu’en 2015 ! Soit un an plus tard, une année perdue pour la compétitivité de notre pays  et la création d’emplois. Porte parole du groupe UDI sur le projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale, j’ai proposé plusieurs amendements pour accélérer et amplifier les baisses de charges,  identifier des sources de financement de notre protection sociale qui ne soient pas uniquement assises sur le travail, défendre les crédits de modernisation des hôpitaux, soutenir les services à la personne, engager enfin des réformes structurelles en particulier dans le secteur de la santé. Le gouvernement a rejeté l’ensemble : on aurait pu imaginer meilleure écoute ! L’année 2014 se poursuivra donc sous le signe du matraquage fiscal entamé en 2012. Les plus optimistes répondront qu’il y aura donc bien des baisses de charge en 2015. Sans doute, mais le gouvernement s’est bien gardé de dévoiler par quelles économies (ou recettes nouvelles…) il compte compenser la réduction des recettes dues aux baisses de charge. Il le précisera sûrement  dans le projet de loi de finances d’octobre… Plus dure sera alors la réalité. Vous pourrez trouver ci-joint mon intervention à l’Assemblée Nationale sur ce projet de loi.

PLFRSS 2014 EDV V2