Actualités, Mon action parlementaire, Questions à l'Assemblée Nationale

Question écrite : des pénuries de médicaments de plus en plus fréquentes.

20 mai 2019 • Par

Question écriteQuestion n°2019-21-00016

Francis Vercamer attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur les signalements récurrents de ruptures de stock de médicaments qui ne cessent d’augmenter.

En 2017, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a reçu près de 530 signalements de rupture de stock concernant des médicaments d’intérêt thérapeutique majeur, produits dont l’absence peut entraîner « un risque grave et immédiat » pour le patient, c’est-à-dire mettre en danger son pronostic vital. Soit une explosion de 30 % de ces signalements par rapport à l’année précédente (405 en 2016).

Une pénurie qui se traduit notamment par l’incapacité d’une pharmacie à fournir un médicament dans les 72 heures suivant la présentation d’une prescription. Si les hôpitaux peuvent rétrocéder des médicaments pour les patients de ville, ils n’ont aucune directive officielle sur le sujet et sont également confrontés aux mêmes problèmes d’approvisionnement. Dans certains hôpitaux, c’est l’équivalent d’un mi-temps de préparateur en pharmacie qui est occupé à gérer cet enjeu.

Publié le 27 septembre 2018, le rapport de la mission d’information du Sénat sur « les pénuries de médicaments et de vaccins » mettait en exergue une sérieuse problématique d’approvisionnement en France, aussi bien pour les médicaments d’usage courant que pour les médicaments d’intérêt thérapeutique majeur (MITM) avec même, pour ces derniers, une durée moyenne de rupture en 2017 de quatorze semaines.

Les facteurs responsables de cette situation sont multiples (approvisionnement des matières premières, distribution vers des pays à prix plus avantageux, augmentation des volumes de vente, production en flux tendus, modification des autorisations de mise sur le marché…), et une politique ambitieuse de lutte contre les ruptures de stocks de médicaments est indispensable.

Aussi, il lui demande quelles sont les solutions envisagées par le Gouvernement pour pallier l’augmentation des cas de pénurie de médicaments et de lui préciser les moyens dont dispose l’ANSM face à ce type de situation.