Actualités, Mon action parlementaire, Sur le terrain

Catastrophe naturelle : les parlementaires se mobilisent

15 octobre 2019 • Par

Capture (1)

 

Chacun connaît maintenant les effets de la sécheresse sur les habitations, et les fissures qu’elle peut occasionner lors de la réhydratation des sols argileux. Plusieurs communes de l’agglomération sont concernées par ce phénomène. La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle permet une indemnisation des victimes : or, depuis deux ans, l’Etat refuse, dans la plupart des cas, cette reconnaissance, laissant les propriétaires des habitations sinistrées dans un profond désarroi. A l’initiative de mon collègue Vincent Ledoux, deux réunions de travail se sont donc successivement tenues les 9 et 10 octobre dernier, l’une à l’Assemblée nationale et la seconde à la Préfecture du Nord, donnant naissance à un groupe de travail composé de parlementaires, afin de faire bouger les lignes.

L’objectif est en effet d’adapter les critères de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, afin de faciliter les indemnisations : c’est notamment le caractère exceptionnel de la sécheresse qui est ici en cause, ces épisodes devenant de plus en plus fréquents.

En tant que parlementaires, nous souhaitons une meilleure prise en compte des réalités du terrain, une transparence des critères et une rapidité dans le traitement des dossiers.

L’objectif de notre groupe de travail est de sensibiliser le Gouvernement sur ce sujet pour qu’il ait conscience de l’urgence de la situation dans laquelle se trouvent les foyers concernés.