Actualités, Mon action parlementaire, Sur le terrain

Médecine légale : un pas de plus vers la promesse attendue

12 novembre 2019 • Par

Suite à la fermeture en août 2017 de la permanence de médecine légale au Centre Hospitalier de Roubaix, je n’ai cessé d’interpeller le Gouvernement sur l’importance de l’accessibilité de ce service pour la prise en charge des victimes de l’agglomération roubaisienne et notamment pour la lutte contre les violences faites aux femmes.

Etant convaincu de la nécessité de maintenir un tel service sur notre territoire, au plus près d’une réalité sociale difficile et caractérisée tant par la densité géographique de notre bassin de vie que par des indices de précarité marqués par une population en grande fragilité, j’ai sollicité dès le mois de septembre 2017 Madame Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Madame Nicole BELLOUBET, Garde des Sceaux et Madame Agnès BUZYN, Ministre des solidarités et de la santé.

Cette revendication portée également par d’autres élus locaux a enfin été entendue en mars 2018. Le Gouvernement, par la voix de Monsieur CASTANER alors Secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement avait en effet déclaré que « La ministre s’engage à ce que des permanences de l’UMJ de Lille soient assurées dans le Centre hospitalier (de Roubaix), à ce qu’elles soient régulières et se tiennent dans de très bonnes conditions (…), de sorte que les mobilités ne soient jamais un obstacle à la qualité du service judiciaire qui doit être rendu ».

Cependant, un an et demi après, force a été de constater que cette promesse n’avait pas été tenue : seules deux permanences avaient eu lieu depuis cet engagement.

Toutefois j’ai reçu copie du courrier que Madame la Garde des Sceaux a adressé à Madame la Ministre des solidarités et de la Santé, lui demandant son accord afin de prévoir enfin qu’une permanence d’une demi-journée ou d’une journée par semaine soit organisée au sein du Centre Hospitalier de ROUBAIX pour accueillir, en urgence ou sur rendez-vous, les victimes n’étant pas en mesure de se déplacer. J’espère que cette proposition trouvera rapidement une concrétisation.

Télécharger (PDF, 534KB)